AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 A la recherche de la paix intérieure

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Camille de Longchamps


avatar

Féminin Nombre de messages : 21
Ordre : Croisé
Arme : Epée longue spéciale
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: A la recherche de la paix intérieure   Mar 18 Nov - 18:06

Camille s'était rendue directement à la cathédrale, insensible aux regards que lui lançait la population de Saint Jean d'Acre, étonnée de voir un homme marcher d'un pas aussi énergique en direction de l'église vêtu d'une armure bruyante et rutilante. Insensible à son environnement, Camille ne pensait à rien. Juste à mettre un pas devant l'autre, toujours plus rapidement, afin d'arriver dans la cathédrale avant que les pensées qui l'avaient terrorisé quelques minutes plus tôt ne reviennent l'assaillir, la paralysant de nouveau, l'empêchant de faire le moindre mouvement.

Elle se retrouva enfin dans la pénombre rassurante de l'immense cathédrale, et, après une rapide signe de croix, alla s'agenouiller près de l'entrée. Ce n'était pas dans ses habitudes de s'en référer à Dieu lorsqu'elle traversait une période difficile, ou quand des questions délicates surgissaient dans son esprit. Pourtant, aujourd'hui, elle avait besoin de trouver des réponses et personne ne semblait plus indiqué que Lui. Il l'aiderait certainement, et lui permettrait de partir accomplir son devoir, ce soir, le cœur en paix, et en toute sérénité.

Agenouillée, les mains jointes, et la tête baissée pieusement, et ce malgré l'inconfort de cette posture due à l'armure qu'elle portait, elle laissa ses pensées l'envahir, décidée à faire pleinement face au problème qui avait surgi et l'avait complètement déstabilisée quelques minutes auparavant, dans la caserne.

Ce soir, elle risquait de mourir. C'était un fait qu'elle avait plus ou moins accepté, n'ayant en réalité guère eu le temps, et le courage, d'affronter vraiment cette idée. Jamais, lorsqu'elle proposé cette solution un peu folle à son père, la perspective qu'elle pourrait mourir loin de chez elle ne l'avait effleuré. Et les rares fois où elle y avait pensé, cela ne l'avait guère perturbé. Elle savait qu'elle mourrait un jour ou l'autre, et cette perspective ne l'effrayait pas. Elle serait rappeler auprès de Dieu lorsque son temps serait terminé sur cette Terre, et elle n'aurait aucun moyen d'aller à l'encontre de la décision divine. Autant essayer d'empêcher le soleil de briller ou l'eau de vous glisser entre les doigts.

Par contre, ce à quoi elle n'avait jamais pensé - et sa famille non plus, apparemment, sinon elle était certaine qu'elle ne serait pas dans la cathédrale de Saint Jean d'Acre à cet instant - c'était au paradoxe que risquait d'entraîner sa mort en Terre Sainte. Comment expliquer aux Croisés, proches de sa famille, revenus victorieux de Terre Sainte que l'Etienne qui s'était écroulé mort devant leurs yeux... était toujours bien vivant à leur retour mais surtout, n'avait apparemment jamais quitté son domaine ?

L'énormité de ce paradoxe lui glaça les sangs, et elle sentit des larmes couler sur ses joues. Comment avait-elle pu oublier un tel paramètre ? Comment avait-elle pu s'engager dans une telle folie sans même se rendre pleinement compte des risques qu'elle encourait, tout comme elle faisait encourir à sa famille ? Quelle folie lui avait fait prendre autant de risques, pour au final... pas grand-chose ? Camille était dévastée. Elle avait commis une énorme bêtises, et rien ne pourrait la réparer. Elle allait devoir passer le restant de son séjour en ces lieux à faire attention à tout et tout le monde, attentive à ne pas récolter la moindre blessure qui pourrait l'handicaper ou laisser une marque bien distincte.

Elle porta instinctivement ses mains à ses yeux, pour sécher ses larmes, mais elles se heurtèrent à son heaume. Précipitamment, elle l'enleva et le posa à côté d'elle. L'impatience et la confusion dans laquelle elle était lui avaient fait oublier les règles les plus élémentaires.

Les yeux rougis, assommée par le poids des nouvelles responsabilités qui pesaient désormais sur ses frêles épaules, Camille resta ainsi agenouillée encore pendant de longues minutes, jusqu'à ce que cette posture la blesse trop, et qu'elle soit obligée de s'asseoir sur le banc le plus proche.

Elle se sentait apaisée, mais encore trop abasourdie par ce qu'elle venait de réaliser. Malgré ce qu'elle avait espérer, Dieu ne lui avait pas envoyé de signe, ou le moindre petit réconfort, pour l'aider à traverser ce moment particulièrement pénible. Etait-ce Sa façon de la punir de s'être montrée si imprudente et d'avoir fait fi de la loi ? Après tout, elle l'avait cherché. Quelle idée de se joindre aux Croisés et de partir libérer la Terre Sainte ! Son père avait raison : sa place était auprès d'un mari désintéressé et inintéressant, à élever ses enfants, tout en passant ses journées à se morfondre dans son château glacial. Elle s'était montrée beaucoup trop prétentieuse en prenant la place de son frère, prétentieuse et inconsciente. Ce n'était que justice si Dieu la punissait ainsi. Elle le méritait.

Dévastée, Camille se prit la tête entre les mains, et ferma les yeux, essayant de refouler les larmes qui lui piquaient les yeux. Comme elle donnerait n'importe quoi pour se retrouver à des milliers de kilomètres de cette maudite cathédrale, auprès de son père, sans avoir besoin de se plonger dans des considérations aussi déprimantes !

Elle ne sut pas combien de temps elle était restée ainsi, immobile, pleurant silencieusement sur l'ampleur de sa bêtise et sur les proportions qu'une petit idée innocente avaient pris. Mais quand elle releva la tête, ses yeux étaient secs, et sa résolution plus solide que jamais. Elle irait affronter son destin ce soir, et ferait son possible pour ne pas échouer. Et si Dieu était contre elle, que pourrait-elle y faire ? Elle ferait son maximum, et si ce n'était pas suffisant... Elle prierait pour que Dieu soit miséricordieux avec sa famille, et ne les punisse pas pour les fautes qu'elle avait commises.

Elle prit son heaume sous le bras et, après un dernier signe de croix, se leva, s'apprêtant à quitter la cathédrale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-krondor.actifforum.com/
Greg Uncher


avatar

Masculin Nombre de messages : 18
Ordre : Assassins
Arme : Faux
Spécialité : Dormir
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: A la recherche de la paix intérieure   Mer 19 Nov - 20:18

De son propre chef, Greg avait quitté la ville d'Erasya pour St Jean d'Acre, en fait au départ il ne s'agissait que d'une simple mission de routine, qu'il s'imposait dans les temps trop calme, il venait, il guettait et il repartait souvent c'était ça mais cette fois ci, le jeune homme tomba sur un spectacle réjouissant ou du moins tout autant amusant que surprenant. Comme d'habitude on pouvait le voir se balader sur les toits comme si ça l'amusait, les toits quelques ils soient, c'était sa maison et la terre ferme, c'était son jardin. Quant au ciel, ce n'était rien d'autre qu'un rêve à ces yeux.
Donc... sautant de toits en toits sans faire vraiment attention à ce qu'il faisait ni où est-ce qu'il allait, il faisait des bonds, plus ou moins haut, juste des bonds qui ne le mènerait nul part, comme d'habitude. Enfin, nul part et quelque par en même temps car à un moment quand même, le tueur fut un peu coincé et du regagner le plancher des vaches en soupirant, les toits ne sont pas éternels et en plus de ça, ils appartiennent à quelqu'un d'autre que lui.
Sur ce sol où à contre cœur il se retrouvait, le mettait dans l'embarras, oui en effet des tas de gens se trouvait là et lui comme un bienheureux, il se baladait comme s'il avait une pancarte avec écrit dessus en gros "regardez moi ! C'est moi l'assassin d'Erasya !". Maintenant dans chaque problème, il y a une solution cette fois là c'était de battre en retraite avant de reprendre la route et tout en regardant vivement autour de lui, Greg comprit vite où il se trouvait pourtant cette ville, il ne l'aimait pas, en tout cas pas tant que ça mais le seul endroit serein et dans lequel personne ne se battrait jamais ça, il savait où le trouver, la cathédrale, un bâtiment splendide et beaucoup plus accueillant que l'église d'Erasya, poussant la porte lourde de l'entrée, l'assassin entra d'un pas légers et très rapidement il se cacha dans l'ombre de la pièce, cette ombre que les assassins exploitent si bien pour rester invisible au yeux de tous. Une fois sa respiration silencieuse, le jeune home ne fit que s'assoir et attendre, peut-être une action vaine de dieu ou juste quelque chose.

Ce fut plutôt long, enfin tout cela dépend des points de vue bien évidemment mais c'est vrai qu'être patient, c'était pas trop son truc, ceci dit, une fois que la personne entra, le jeune homme ne fut pas mécontent d'avoir attendu. Comme tout bon assassin, Greg se devait d'avoir un sens de l'analyse rapide et précis et honnêtement ce ne fut pas dur de reconnaitre l'uniforme d'un chevalier et le corps musclé bien que souvent fin des femmes. Cette femme chevalier, entra en faisant part à dieu des civilité d'usage, le truc qu'il trouvait absurde de la croix.
Enfin, il n'était guère là pour juger, il était pour le moment simple observateur et probablement que cette femme resterait en vie, peu importe sa classe, en plus ici, il ne pouvait rien faire de plus... Néanmoins lorsqu'elle s'agenouilla au départ, sa curiosité le poussa comme une force d'attraction à ne pas se lever.
Au départ, on aurait dit une prière simple, elle avait les mains jointes, mis à part le fait qu'elle était à genoux rien ne lui parut étrange, par contre, lorsque des larmes se mirent à cavaler le long des joues de la jeune femme là ça lui parut étrange et en même temps étant ennemis, lui ne pouvait que ressentir du bien être? Peu après, le chevalier ôta son casque lui laissant le champ libre pour la tuer mais là encore, il ne fit rien.

La femme se lava apparemment pas très accommodé par cette posture et elle alla s'assoir sur un banc non loin d'elle, puis la tête entre ces mains, le chevalier sembla se laisser aller à ces émotions, pas très bien ça, ceci dit, il ne jugeait toujours pas ou est-ce qu'il n'osait pas ? Qui sait... Pendant un moment la jeune femme fut assise là à paraitre triste. Puis soudain, elle changea d'un coup elle fut ou plutôt sembla être sur d'elle et habitée d'un but précis et au milieu de sa on pouvait presque ressentir force et courage mais pour lui c'était des idioties, dévoiler sa faiblesses ainsi même dans une cathédrale c'était d'une sottise incroyable.
Lorsqu'elle se leva finalement, là il intervint, il savait ce qu'elle comptait faire mais maintenant qu'elle semblait ou qu'elle sortait un instant de confusion, il comptait bien en profiter, un chevalier de moins sur cette planète, ça valait le coup d'essayer de la tuer en plus, il aurait peut-être l'avantage.
Alors sans plus se dissimuler, le jeune homme à moitié assis en tailleurs avec cependant une jambe repliée contre son torse, se leva. Au moins cette femme pourra se vanter de l'avoir amuser un peu, et oui pour ces ennemis le jeune homme n'éprouvait aucune pitié ni compassion. Tout ce qu'il avait envie de faire c'était sourire sans cacher sa moquerie mais pas question de se forcer. Une fois debout, il fit quelques pas et se retrouva dans la lumière sans même se préparer à un assaut, Greg laissait un tas d'ouverture mais savait compter sur ces réflexes et son assurance n'était plus à démontrer alors il dit juste avant de poser une mains sur le manche de sa faux.


- Si c'est pas adorable, je ne savais pas qu'un chevalier avait un cœur, cœur que je vais m'empresser de lacérer, qu'en dis-tu ? Cela fera un bon souvenir pour cette cathédrale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille de Longchamps


avatar

Féminin Nombre de messages : 21
Ordre : Croisé
Arme : Epée longue spéciale
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: A la recherche de la paix intérieure   Mer 19 Nov - 23:50

Camille regarda avec surprise l'homme jaillir de l'ombre et venir se poster devant elle. Elle n'avait entendu personne entrer, pendant qu'elle était à se lamenter sur son banc, et l'homme avait été si discret qu'elle ne l'avait aperçu que lorsqu'il s'était enfin tenu devant elle. Tout d'abord, elle ne comprit pas ce qu'il comptait faire, mais lorsque les paroles jaillirent de sa bouche, la jeune fille crut à une mauvaise blague. Lui, une espèce de gringalet, espérait vraiment blesser, et même tuer, un chevalier en armure ? Et dans un lieu sacré en plus ?
*Cet homme doit être fou* fut la seule explication qu'elle trouva.
Il ne pouvait d'ailleurs guère en aller autrement. Qui oserait faire couler le sang dans une église, dans la maison de Dieu ? C'était insensé !

D'un geste délibérément lent, elle coiffa son heaume, sans quitter l'homme des yeux, remonta la visière afin de mieux voir celui qui lui faisait face et, tout aussi lentement, posa la main sur la garde son épée. D'un geste qu'elle espérait bien visible, elle la fit coulisser lentement, s'assurant ainsi qu'elle pourrait sans peine la dégainer rapidement. Puis, avec un demi-sourire moqueur, elle lui demanda :
"Je ne savais pas les habitants de cette ville aussi amusant. En tout cas, bien essayé petit, mais tu ne risque pas de me provoquer avec tes faibles paroles. Je n'ai rien contre toi, alors oublions ce que tu viens de me dire, et laisse moi quitter cet endroit vivant."
Elle fit un pas, pour appuyer sa déclaration, mais fit attention à rester assez loin de l'homme. Ce ne serait pas prudent que de s'avancer trop près, par pure bravache. Il lui fallait un peu de marge de manœuvre, pour pouvoir sortir son épée sans se gêner et perdre ainsi de précieuses secondes.

Comme l'autre ne faisait pas mine de bouger, elle reprit, un peu plus durement :
"Voyons, tu ne penses quand même pas que je vais accorder foi à tes paroles, alors que tu parles de faire couler mon sang, celui d'une créature de Dieu, dans sa maison ! Peut-être ne partages-tu pas les mêmes croyances que moi, mais je n'irais certainement pas faire couler ton sang dans le bâtiment où tu vénères ton dieu, quel qu'il soit. Sois raisonnable. La plaisanterie a assez duré."

La situation commençait sincèrement à l'agacer. Elle allait être en retard à son rendez-vous, si cela continuait, ce qui n'arrangerait pas son humeur. Elle ne voulait pas donner cette satisfaction à Galahad, qui serait trop content de voir qu'elle s'était défilée au dernier moment... Et savoir que ce n'était pas le cas ne lui remonterait pas le moral.

Prenant son mal en patience, elle attendit que l'homme fasse le moindre mouvement, ou prononce le moindre mot. Elle savait qu'elle ne pourrait pas attendre éternellement... mais elle savait également qu'elle ne pourrait verser le sang d'un innocent dans cette cathédrale. Elle avait déjà assez péché comme ça sans en rajouter un sur sa liste. Malgré tout, il lui faudrait quitter cet endroit rapidement... Et la faux de l'homme l'empêchait, pour l'instant, de tenter le moindre mouvement brusque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-krondor.actifforum.com/
Greg Uncher


avatar

Masculin Nombre de messages : 18
Ordre : Assassins
Arme : Faux
Spécialité : Dormir
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: A la recherche de la paix intérieure   Jeu 20 Nov - 0:39

Quelle drôle de rencontre... a première vue c'était à peu près tout ce que cela lui inspirait, c'était un peu bizarre ce qu'elle disait en fait, elle n'avait pas l'air de le prendre au sérieux et pire encore elle ne comptait apparemment pas se battre, dommage, parce que si elle ne voulait pas le tuer et qu'elle n'en exprimait pas l'envie alors forcément, elle perdrait, c'était là son poing de vue, enfin si c'est une preuve qu'elle veut concernant ce combat, il n'y avait qu'à demander.
Lui sur le moment, il mourrait d'envie de l'étriper et bien que ces droits l'en empêche, le jeune homme faisait abstraction de tout lorsqu'il était dans sa session... fou. C'est le mot ou peut-être en un peu moins fort. En plus elle le faisait bien rire, malgré qu'elle ne pensait pas au fond d'elle qu'il puisse la battre, elle restait bien à l'écart et lui demanda aussi de la laisser partir vivante. Ça c'était pour le moment hors de question, si elle tenait à mourir alors elle n'avait qu'à demander, son esprit était tel que là, les seules personnes qui pourraient le dissuader de frapper se serait ces confrères assassins et pire encore, les maitres les plus haut gradé de l'élite des assassins mais si on le voyait ainsi alors c'est sur, sa présence au sein du clan des assassins serait compromis. Mais tant pis, comme d'habitude, il ferait ça au feeling, un point c'est tout !.
Voyant clairement que la jeune femme ne comptait pas se battre, il n'exprima rien si ce n'est qu'il bailla la bouche bien ouverte comme pour provoquer ou démontrer sa lassitude, si ces paroles ne lui faisait aucuns effets alors pourquoi était elle là avec son arme sortie ? Allez savoir, de son côté il retira enfin sa faux de son dos laissant la lame trainer par terre, puis il se mit à s'éloigner de quelques pas, seulement quelques pas, un, puis deux et finalement à l'aide de son don il effectua un saut très long et surtout impossible à faire sans cette maitrise de l'air. Dans la cathédrale des bourrasque énormes de vent se levèrent et un halo d'air sembla entourer Greg, le vent accompagnait ces mouvements et améliorait sa vitesse de beaucoup.
Mais ce vent là était totalement inoffensif, il ne faisait ni du mal ni du bien, il servait surtout de propulsion au jeune homme. D'ailleurs dans les airs ces mouvement n'avaient rien d'anormaux mais sur le sol, il avait une agilité et une vitesse quelque peu améliorer, très légèrement certes mais c'était déjà ça et concernant ces bonds, c'était à sa guise des bonds très long ou bien très haut. Ce qu'il fit là se fut juste un bond vif et vraiment long vers la jeune fille, plus rapide que la moyenne le jeune homme se retrouva propulser jusque devant la jeune femme avant qu'elle n'ait pu le frapper, puis posant un pied au sol, un nouveau bond suivit le premier bond mais dans le sens inverse et il se retrouva à nouveau éloigné. Il n'avait fait que jauger sa portée et désormais il savait comment agir.

Alors calmement et lentement Greg se mit à marcher, autour du chevalier en gardant une distance qui serrait suffisante pour qu'il atteigne la guerrière. On ne sait pas trop pourquoi mais le jeune homme jouait avec l'un de ces couteaux de lancer, dans ces conditions il devait vraiment paraitre étrange, sur son visage on ne ressentait ni colère ni folie mais dès qu'il parlait, on dirait une personne différente alors qu'en fait, entre temps, il ne change pas. L'assassin a beau dissimuler ces émotions, elles n'en sont pas moins présentes et là c'était plus la curiosité qui dominait.
Alors s'arrêtant un peu dans sa marche autour de sa "proie", Greg posa sur la combattante un regard un peu perdu, était-ce lui qui était bizarre ou était-ce elle ? Lui ou elle ? Qu'est-ce que ça changeait de toute manière.


- Ça te dérange de parler tout en m'affrontant parce que j'avoue que ton comportement me rend perplexe. A vrai dire je n'arrive pas à te cerner, alors si tu me disais pourquoi est-ce qu'un guerrier pleure en cachette dans une cathédrale ?

C'est vrai quoi !? On peut se poser des questions ces pitoyable ! Enfin pour lui et en même temps ce n'était pas vraiment un modèle vu que question émotions, c'est pas le top du top et en plus lorsqu'il devenait grande gueule c'était une vraie furie. Conclusion des deux, c'était bel et bien lui le type très bizarre ceci dit, c'était pas trop ceux sur quoi il réfléchissait.
Pour être honnête il se demandait l'impression que ça lui procurerait s'il contenait dans sa main un cœur tout frais sortit d'un corps. Ce serait horrible oui, il ne tenait pas à faire ça, en fait, il se demandait plus encore s'il devait ou non la tuer. Après tout elle n'appuyait pas les plans des assassins et en même temps, elle ,'était pas contre. Dure dilemme.
D'abord pourquoi est-ce qu'il réagissait toujours au quart de tour maintenant si l'un des maitre assassin le chopait, il était un peu fichu. Enfin tant pis, se serait et un bon entrainement et un sacré exutoire.
C'était un peu sa face cacher, en fait, il allait se laisser aller sur cette femme dommage pour elle mais de toute façon elle l'avait trop énervé et il avait besoin d'évacuer la haine qu'il portait à ce monde. Son couteau de lancer vola en l'air et d'une poigne sur il prit sa faux, ensuite avec sa main libre, le tueur rattrapa sa lame en laissant sortir vaguement sa langue sur sa lèvre supérieur.


- Allez, faut que ça saigne !

*Si on me trouve ici, je suis mal parti.*

Son couteau partit d'un seul coup et grâce à son don, l'arme se trouvait avoir une précision plus que correcte et tenant compte du casque du chevalier, le jeune homme prit bien soin de viser les yeux, ensuite tandis que cette lame attirait l'attention de la guerrière celui ci s'élança en un bon rapide comme la première fois mais avec sa faux et avec surtout l'intention de frapper

*Je vais devoir faire vite.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille de Longchamps


avatar

Féminin Nombre de messages : 21
Ordre : Croisé
Arme : Epée longue spéciale
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: A la recherche de la paix intérieure   Jeu 20 Nov - 1:19

Camille ne fut nullement impressionnée par le manège de l'homme. Qu'il volte, qu'il saute autant qu'il veule, cela ne l'intéressait pas. Il commençait sincèrement à l'agacer, avec son grand air. Quelle mouche l'avait piqué ce matin là pour qu'il vienne l'embêter ainsi ? Et même pas elle ! Non, il avait du choisir une personne au hasard, suivant son bon plaisir. Camille détestait ces gens. Instables, sans motivation, agissant juste pour ennuyer les autres. S'il désirait s'amuser avec elle, c'était loupé. Elle ne se laisserait pas faire. Oh ça non.

"Quand tu auras fini ton petit tour de passe-passe, préviens moi surtout. Je ne voudrais pas manquer la partie intéressante" lui lança-t-elle alors qu'il tournait autour d'elle. Ne se rendait-il pas compte à quel point il était ridicule ? Elle fut soudain prise d'une incontrôlable crise de fou rire. Son rire aigu se répercuta dans toute la cathédrale, produisant un son des plus étranges. Néanmoins, elle s'arrêta bien vite, consciente ce que cela pouvait signer son arrêt de mort. L'autre n'était apparemment pas prêt de lâcher l'affaire, et ça serait bien bête de perdre avant même d'avoir eu la moindre chance de gagner. Il allait falloir ruser... et agir sans réfléchir.

Camille vida son esprit, se concentrant uniquement sur les gesticulations de l'homme. Elle entendit à peine sa remarque acide, et n'y prêta aucune attention. Heureusement, car sinon, elle aurait certainement chargé aveuglément sur l'homme, essayant, vainement, de le découper en morceau, sous l'emprise de la colère la plus noire. Mais, au lieu de cela, elle l'ignora simplement, le suivant des yeux, essayant de prévoir son attaque. Ce n'était pas facile : il ne savait pas d'où elle viendrait, et surtout avec quelle arme. Car, sans aucun doute, l'homme possédait d'autres armes cachées. Il n'avait aucune armure, aucune protection sur la moindre partie de son corps, et pourtant, le combat à la faux devait certainement requérir d'être proche de sa victime. Il devait donc posséder des armes de lancer... des couteaux, des dagues, ce genre d'armes qu'elle détestait.
*Des armes de lâche* pensa-t-elle avec dégout, avant de chasser cette pensée bien vite, pour mieux se re-concentrer.

Et puis, finalement, l'homme se trahit en parlant. S'il n'avait pas prononcé la moindre parole, peut-être que Camille serait tombée raide morte, un couteau planté entre les deux yeux. Mais au lieu de cela, ses paroles attirèrent son attention et, alors que le couteau venait de quitter les doigts de l’homme, elle se baissa instinctivement, ne cherchant même pas réfréner ses réflexes. Le couteau passa à quelques millimètres du haut de son heaume, mais c’était largement suffisant. Dans le même temps, elle dégaina son épée légère et, alors qu'elle se relevait, fit quelques pas de côté. Emportée par son élan, elle se retrouva de l'autre côté de l'homme, la voie vers la porte enfin accessible.

La fraction de seconde pendant laquelle l'homme fut certainement étonné, ou même furieux, de réaliser qu'elle n'était plus à la même place lui permit de gagner la grande porte. Son stratagème n’avait certainement pas marché. Tant mieux pour elle. Un rapide coup d'œil dehors lui apprit que la place devant l'imposante cathédrale n'était pas vide. Du monde affluait des quatre coins de la ville, et il n'était plus qu'une question de secondes avant que quelqu'un ne les remarque, ou ne désire entrer dans l'église.

Puis, soudain, elle se rappela d'un détail. Elle n'y avait pas prêté attention sur le moment, trop occupée à sauver sa vie, ce matin encore. L'homme, qui avait attaqué Tristan ce matin... Il avait surgi des toits avec une agilité surprenante, planant presque dans les airs. Comme celui-là. Qu'avait-il dit après avoir salement amoché le templier ? Une histoire d'assassins, non ? Se pouvait-il que cet homme... appartienne également à cet ordre dont elle n'avait encore jamais entendu parlé ? Cette même facilité à se jouer de la gravité, c’était peut-être une des caractéristiques de ces fameux assassins. Bah, de toute façon, elle ne pouvait pas partir si facilement, après s'être joué de ce minable joueur. Et puis… qui ne tente rien n’a rien. Elle se planterait peut-être, et en beauté, mais au moins elle aurait essayé.

Dans un murmure, elle lui lança, l'épée brandit devant elle, maigre rempart devant la folie de l'homme :
"Je ne pensais pas que les Assassins gardaient de tels éléments instables en leur sein. J'espère que rapidement ils se rendront compte de leur erreur, et te feront tuer. Aucune organisation n'a besoin d'éléments perturbateurs comme toi, apparemment incapable de se contrôler."

Puis, plus fort, afin d'être entendue de tous, elle continua :
"Les Croisés n'ont que faire des Assassins, sache le. Aucun de nous n'a à y gagner en déclarant une guerre ouverte. Occupez-vous de vos affaires, et laissez nous aux nôtres. Souvient-en la prochaine fois qu'il te prendra l'envie de tuer au hasard, sans raison. Je ne donne pas chère de ta peau si tes supérieurs apprennent que tu es responsable de la mort d'une personne neutre vis à vis de votre organisation. A moins, bien sûr, que tu ne cherches un moyen d’en finir avec ta vie…"

Puis, sans un regard pour l'intérieur de l'église, elle descendit les quelques marches qui descendaient à la place, et se fondit dans la ville, en ayant pris soin de rengainer son épée. Avant de partir, elle jeta un coup d'œil rapide dans les toits, espérant que l'assassin qui les avait surpris ce matin, Tristan, Vossler et elle, ait pu admirer toute la scène. S'il était présent, il était bien caché, car elle ne le remarqua pas.

Puis, elle se dépêcha de se rendre à l'écurie allouée à la caserne, pour emprunter un cheval. Ce serait plus rapidement de rejoindre Damas sur une monture qu'à pied, sous un soleil écrasant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-krondor.actifforum.com/
Greg Uncher


avatar

Masculin Nombre de messages : 18
Ordre : Assassins
Arme : Faux
Spécialité : Dormir
Date d'inscription : 16/11/2008

MessageSujet: Re: A la recherche de la paix intérieure   Jeu 20 Nov - 10:12

Oh... ça, ça pouvait poser un problème en effet. Soudain, ces envies de meurtres disparurent, c'était peut-être ce côté idiot et en même temps si moqueur qui avait fait qu'il s'était mit à vouloir la peau d'un chevalier mais bon... comme elle l'avait si bien dit c'est la maison de dieu, pas question que quelqu'un y perde la vie. Des fois quand on le voit si insensible, il y aurait de quoi se dire dommage, c'est vrai quoi, ce type était peut-être le tueur le plus émotionnel du monde et personne n'en saurait rien, vu que lorsqu'il ne se jouait pas de ces pseudo-ennemi en jouant la comédie, il disait rien et n'exprimait rien.
Rien qu'ici lorsqu'il avait raté son assaut, il avait ressentit d'abord de la surprise, ensuite de la satisfaction et après un dégout incommensurable. Comment est-ce qu'il avait pu rater sa cible, c'était pas qu'il voulait la tuer mais quand même, il ne l'avait pas attaquée pour rien ! Enfin tant pis au moins il avait ce qu'il. Son arme dont il pointa la lame vers le sol, il la posa.


- Pffff.... moi qui croyais que je la toucherais au moins.

Maintenant que Greg n'avait plus d'idée en tête, il ne savait plus s'il devait chercher un second adversaire à martyriser ou s'il devait foutre le camp directement. Et en même temps, les paroles de la jeune femme n'était pas fausses, par contre il se heurta aux mots "assassins et perturbateur". Est-ce que c'était dur à entendre ? Non, il était assez d'accord avec le principe et rangeant son arme dans son dos, il se tut. La seule chose, c'est qu'elle se précipitait peut-être un peu en disant "Assassin", ceci dit elle avait raison alors le jeune tueur n'allait pas la contredire. Celle ci continua lui expliquant qu'elle n'avait rien à lui reprocher et que au passage, il en était de même pour lui vis à vis d'elle. Là par contre ça commença à l'agacer, elle avait vraiment raison ! Ce qui voulait dire que ces prochains adversaires se devraient d'être des templier, c'est ça ? On ne choisit pas son clan et là, l'assassin ne pouvait que se plier à ce qu'elle disait enfin, son arme n'était plus là pour le défendre et il ne comptait pas recommencer, son expérimentation était finie et lorsqu'elle fut parti, il semble "redevenu" lui même sans vraiment avoir changer.
Quelle belle journée, c'est à peu près ce à quoi il pensait en la regardant partir,comme quoi on en apprend tous les jours, puis levant son bras vers le haut, il siffla vaguement et un corbeau au pelage bien organisé vint se poser sur le bras du jeune homme pour ensuite descendre jusqu'à l'épaule.
C'est idiot mais de toute sa vie, il n'y a peut-être que ce corbeau qui ne l'ai jamais jugé, trop silencieux pour le faire, il faut croire pourtant Greg arrivait à savoir ce que l'animal lui disait aller savoir comment en plus c'était pas comme ça avec les autres oiseaux.


- Je suis affreusement stupide et inconscient, pas vrai ?

L'oiseau ne dit rien, comme d'habitude et en même temps c'est ce qu'il appréciait chez cet animal. N'empêche que de son côté le jeune homme savait qu'il avait mal agit et pour une fois, il dut s'en remettre l'espace de deux secondes au maitre de cette demeure, Il posa un genou à terre et fit comme tout bon croyant, une demande à SON dieu ceci dit. C'est juste que s'il devait attendre d'être à Erasya, ça allait être long.
Finalement après cette courte prière il se leva et toujours aussi impassible, il marcha vers la sortie de l'église, tout en se demandant s'il devait ou non aller s'excuser, c'est surement ce qu'il aurait fait dans une autre ville mais là, ce serait trop dangereux pour lui de rester du coup Greg regarda avec un peu de déception le chemin qu'avait emprunté la jeune femme, de toute façon, il l'avait assez importuné pour aujourd'hui. S'il la croisait sur la route vers la sortie de la ville alors le jeune homme ferait peut-être un détour mais pour l'instant, en quelques bonds, il rejoignit le toit de la cathédrale en traçant dans sa tête le chemin le plus rapide vers la sortie de la ville. Finalement, un saut dans le vide et un petit courant d'air pour amortir sa chute et il filait vers la sortie, enfin à pied c'était pas génial mais bon, c'était ça ou l'assassin se montrait à tous les civils et le précepte de leur confrérie lui interdisait de mettre en danger celle ci.


* Je vais devoir me faire oublier à Erasya, et je dois encore des excuses. Je crois que je finirais par me détester plus que les templiers eux-même.*

[Hrp : mon personnage est aussi bon comédien, mais tu as lu ma fiche, tu le savais Wink]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: A la recherche de la paix intérieure   

Revenir en haut Aller en bas
 
A la recherche de la paix intérieure
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Seule l'explosion intérieure permet de briller. // ft. Willow
» Qui vient troubler ma paix intérieure ? [Tissudouw ;D]
» You're such a backstabber | Calixte
» [FE] L'Aventure Intérieure - Evènement #64
» La Bête Intérieure

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassins » :: ▫ SAINT JEAN D'ACRE ▫ :: ▫ QUARTIERS RICHES ▫ :: ▫ CATHEDRALE-
Sauter vers: