AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mobilisation des croisés

Aller en bas 
AuteurMessage
Thrakand Galahad


avatar

Masculin Nombre de messages : 7
Ordre : Croisé
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Mobilisation des croisés   Jeu 6 Nov - 15:26

Depuis qu'il était arrivé à Saint Jean d'Acre Galahad passait ses journées à la caserne, le plus souvent sur le terrain d'entrainement pour mesurer ses capacités à celle des meilleurs croisés francs et Prusses qui relevaient son défi.Alors que de nombreux croisés avait profité de cette période calme pour visiter la ville ou les environs mais Galahad fidèle à lui ne souhaiter pas gâcher son temps si bien qu'il s'était fait une réputation aupres des maitres d'armes et autres combattants qui passaient beaucoup de temps sur le terrain d'entrainement.

Alors qu'il quittait la zone pour se vendre vers la salle de repas de la caserne il appercut qu'un attroupement c'était formé en plein milieu de la cours.La curiosité le poussa à s'approcher et il vit alors que de nombreux chevaliers croisés étaient regroupés autour d'un garde qui faisait une annonce publique.

-"Messires Chevaliers les Rois de France et d'Angleterre ont pris la décision d'effectuer une offensive sur la ville de Damas afin de tester leur capacités défensive et leur vitesse de réaction, nous cherchons des volontaires pour former plusieurs groupes mixtes qui auront pour but d'assaillir la cité afin de récolter des informations. Un groupe constitué des meilleurs d'entre vous sera chargé d'effectuer une diversion en attaquant de front les portes de la ville tandis qu'un autre groupe sera chargé d'étudier la défense des remparts et de tenter de s'infiltrer dans la ville."

Enfin de l'action ! Depuis qu'il était arrivé sur les terres des hérétiques les occasions de les affronter s'étaient faites très rare et il s'agissait la d'une chance pour lui, s'il parvenait à rejoindre le groupe qui attaquerait la porte il aurait sans doute l'occasion d'affronter et de vaincre des défenseurs haut gradés !

Galahad joua des coudes et se fraya un passage parmi la foule afin de s'assurer de figurer sur la liste du premier groupe, il était hors de question qu'il rate cette occasion !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille de Longchamps


avatar

Féminin Nombre de messages : 21
Ordre : Croisé
Arme : Epée longue spéciale
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Mobilisation des croisés   Jeu 6 Nov - 21:53

Après que Vossler ait disparu au coin de la rue, Camille ne s'attarda pas dans la ruelle. Elle fila directement à la caserne, ayant jugé que la promenade avait assez duré et que c'était désormais de la folie que de continuer à arpenter les rues ainsi.Après que Vossler ait disparu au coin de la rue, Camille ne s'attarda pas dans la ruelle. Elle fila directement à la caserne, ayant jugé que la promenade avait assez duré et que c'était désormais de la folie que de continuer à arpenter les rues ainsi. Elle rentra directement, cette rencontre fortuite et éprouvant lui ayant ôté son appétit. Elle se sentait, pour ainsi dire, incapable d’ingurgiter la moindre nourriture. Elle paierait cette négligence de soir, ou plus raisonnablement dans quelques heures, lorsque son estomac se rappellerait à elle, mais pour le moment, la simple pensée de manger lui donnait la nausée.

Sans plus tarder, mais essayant toutefois d’adopter une démarche de circonstance – se mettre à courir dans les rues de Saint Jean d’Acre risquait d’attirer l’attention, et c’était bien la dernière chose dont elle avait besoin – elle se mit en route finit par arriver en vue de la caserne. Son cœur se serra et elle sentit sa gorge se dessécher lorsqu’elle remarqua qu’un grand nombre de croisés étaient présents dans la cour, en train de s’entraîner, ou discutant simplement avec leurs camarades. Impossible de traverser cet espace dégagé jusque la porte sans se faire remarquer… Impossible aussi, de passer par un autre chemin.

Le cœur battant à la chamade, au bord de la panique, elle observa la caserne de loin, s’étant au préalable dissimuler pour que l’on ne l’aperçoive pas facilement. Combien de temps allait-elle devoir attendre ? Elle ne pouvait pas rester ainsi cachée pendant des heures, il lui faudrait, à un moment ou à un autre, rentrer à la caserne, ne serait-ce que pour enfiler un déguisement plus adapté… ou récupérer ses affaires. Prenant son courage à deux mains, décidant qu’il lui fallait coûte que coûte traverser cette cour à ciel ouvert, elle poussa un soupir de soulagement lorsqu’elle remarqua que les hommes commençaient à se rassembler, se désintéressant de l’environnement extérieur. C’était l’occasion ou jamais.

D’un pas assuré, mais sans paraître trop fier, elle s’avança en direction de la porte, certaine que le bruit de son cœur ferait retourner tous les croisés, qui ne manquerait pas de la lapider sur place. Mais elle se retrouva rapidement dans l’ombre rassurante de la porte, sans que personne ne l’ait inquiété. Elle venait de franchir avec succès la première étape. La seconde devrait être nettement plus facile.

Silencieuse comme une ombre, elle se faufila à travers les couloirs, ralliant sa chambre par des chemins détournés, n’hésitait pas à s’arrêter au moindre bruit suspect. Puis elle se retrouva devant sa paillasse, et sortit ses affaires. Elle n’avait pas le temps d’enfiler son armure au complet, d’autant plus que l’attroupement soudain dehors avait éveillé sa curiosité. Elle passa une tunique et des chausses plus sombres, vissa un couvre-chef sur sa tête et, malgré la chaleur, se drapa d’une cape, de couleur claire. Quand elle fut apprêtée, elle laissa retomber la tension, et se permit un petit rire nerveux. Toutes ces aventures ! Tout à l’heure, dans les couloirs, elle avait eu l’impression d’être un vrai espion, s’infiltrant dans le domaine de l’ennemi.

Souriant à cette pensée incongrue, elle ressortit à l’extérieur, sans prendre la moindre précaution. Mais dès qu’elle se retrouva sous l’ardent soleil, toute trace d’amusement s’effaça de son visage, et un vrai masque d’impassibilité prit la place. Elle s’avança au niveau des autres hommes, et joua des coudes pour s’avancer. Elle n’était pas bien grande et, si elle voulait entendre quelque chose, il lui fallait absolument s’aventurer près du premier rang. Et tant pis si certains poussaient des grognements évocateurs, ou la regardaient de travers. Elle savait qu’elle ne risquait rien. Plus maintenant. Elle en profita.

Pourquoi tous ces hommes étaient-ils rassemblés ? Que se passait-il ? Camille décida d’arrêter de penser et tendit l’oreille. De sa position, elle pouvait apercevoir l’orateur, un homme qu’elle ne connaissait pas.
"… des volontaires pour former plusieurs groupes mixtes qui auront pour but d'assaillir la cité afin de récolter des informations. Un groupe constitué des meilleurs d'entre vous sera chargé d'effectuer une diversion en attaquant de front les portes de la ville tandis qu'un autre groupe sera chargé d'étudier la défense des remparts et de tenter de s'infiltrer dans la ville."

De quelle ville parlait-il ? Et c’était quoi cette histoire de groupe et d’assaillir une cité, ennemie, sans aucun doute ? Quand elle était partie tout à l’heure, il n’était pas question de tels mouvements. Qui avait bien pu ordonner une telle chose ? Et pourtant ? Encore une fois, elle maudit cette rencontre avec Tristan. Il avait bien choisi son jour pour embêter les demoiselles.

Lasse de ces questions, elle décida de poser la question à son voisin immédiat :
"De quelle ville parle-t-il ?" chuchota-t-elle.
L’autre ne répondant pas, elle abandonna. Qu’il l’ignore si cela lui chantait. Elle le saurait forcément plus tard, si elle y participait. Ou pas du tout, si elle choisissait d’ignorer cette mission. Et dans ce cas là, cela ne serait pas bien dramatique.

Que devait-elle faire ? Elle n’en avait aucune idée. D’un côté, cela la tentait fortement que de participer à cette escarmouche. Un peu d’action ne serait pas de trop, et elle avait grand besoin de se défouler après ce qui s’était passé ce midi. D’un autre côté, risquer sa vie juste pour s’occuper lui nouait le ventre. Et si Dieu choisissait cette occasion pour la rappeler à elle ? Certes, elle avait accepté les risques en prenant les armes, et en partant à la place de son frère. Mais pour le moment, elle s’était battue parce qu’il le fallait, pas uniquement dans le but de tester l’ennemi, dans la perspective de mener ensuite une plus grosse attaque.

Pendant qu’elle réfléchissait à ses options, elle remarqua qu’elle s’était sensiblement rapprocher du premier rang. Comment cela se faisait ? Elle n’en avait pas la moindre idée. Que ce soit les autres qui l’aient poussée involontairement vers les premiers rangs, ou si elle s’y était dirigée inconsciemment, elle se rendit compte qu’il ne lui manquait qu’à faire un pas pour se retrouver aux premières loges.

Abandonnant toute logique, elle fit ce pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-krondor.actifforum.com/
Thrakand Galahad


avatar

Masculin Nombre de messages : 7
Ordre : Croisé
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Re: Mobilisation des croisés   Jeu 6 Nov - 23:40

Le nombres de croisés regroupé près du garde ayant fait l'annonce ne cessait d'augmenter et avant que les bousculades ne dégénèrent un groupe de garde vint isoler la vingtaine de chevaliers s'étant portés volontaires les plus proches du reste de la foule.

-"Hola, hola chevaliers ! nous avons nos volontaires, inutile de pousser !... Allez allez on se disperse"


Alors que des protestations commençaient à fuser et que les gardes essayaient de disperser la foule, le garde ayant fait l'annonce inscrivait sur une liste le nom des volontaires retenus et distribuait à chacun une lettre cachetée.
Galahad, ignorant la foule, observait attentivement les chevaliers présent dans la file ... il en connaissait quelques uns pour les avoir affronté sur le terrain d'entrainement mais pour la plupart des autres il les avait seulement croisé au cours de ses déplacements à l'intérieur de la caserne.

Il récupéra la lettre qui lui fut distribuée et la glissa dans sa ceinture sans même la lire puis se tourna afin d'observer les personnes se trouvant derrière lui. Le dernier chevalier inscrivait son nom sur la liste et semblait quelque peu perturbé. Les deux chevaliers étaient sans doute les deux plus jeune du groupe, Galahad en profita pour observer son nom : Etienne de Longchamps.

Galahad fit un pas en avant, hésitant à lui adresser la parole ...
Apres quelques secondes d'hésitation il fit demi tour et se dirigea vers les cuisines, après tout s'il souhaitait avoir de la compagnie libre à lui de le rejoindre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille de Longchamps


avatar

Féminin Nombre de messages : 21
Ordre : Croisé
Arme : Epée longue spéciale
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Mobilisation des croisés   Ven 7 Nov - 0:19

Et voilà. C'était fait. Son nom était sur cette stupide liste. Le grand plongeon dans l'inconnu pouvait débuter.

Avec détachement, elle remarqua qu'elle souriait. Pourtant, il n'y avait rien d'amusant dans le fait de s'être inscrit à une mission suicide. Deux fois... Deux fois sans la même journée, elle avait agit inconsidérément, flirtant avec la mort. Oh, certes, donner son nom ne la ferait pas foudroyer sur place. Mais alors qu'elle jetait un coup d'œil rapide à ses compagnons d'infortune, elle ne put s'empêcher de se demander combien d'entre eux reviendraient vivants... Combien, même reviendraient indemnes et seraient toujours aptes à continuer cette Croisade.
*Et bien... Qui ne tente rien, n'a rien. Et puis... Ce n'est pas plus mal si je quitte la ville quelques jours. Tristan ne risque pas de m'oublier mais entre-temps, prions pour qu'il est trouvé une autre victime.*

Qu'importe ! Changer d’air ne pourrait pas lui faire de mal. Elle avait donc noté son nom... Non. Elle avait noté le nom de son frère. Il était désormais trop tard pour faire demi-tour et avoir des regrets. De toute façon, en y penser avec honnêteté, elle n'en avait pas. Camille avait fait ce qui lui semblait bien, que cela soit raisonnable ou pas. Elle récupéra sa lettre, se demandant ce qui pouvait bien y avoir à l'intérieur. Ce qui l'amena à penser... Elle ne savait toujours pas quelle ville ils étaient censés assaillir avec leurs maigres effectifs.

Alors qu'elle restait immobile, regardant la lettre comme si elle allait lui délivrer son message sans même qu'elle l'ouvre, elle aperçu du coin de l'œil un jeune homme faire un pas vers elle. Vers elle ? Elle regarda alentours et se rendit compte que la plupart des hommes étaient retournés vaquer à leurs occupations et qu’un vide s’était formé autour d’elle. Oui, aucun doute, c’était bien vers elle qu’il s’était avancé. Le jeune homme lui rappela son frère : certainement le même âge, les cheveux d'un noir de jais, ce même sérieux se lisant dans ses yeux. Elle fut soudain assaillit par une vague de nostalgie qui lui déchira le cœur. Comme il lui manquait ! Comme elle aurait aimé qu'il soit là à cet instant, pour lui prodiguer ses judicieux conseils, lui ébouriffant les cheveux et lui administrant une tape fraternelle sur l'épaule :
"Bien joué p'tite soeur !"

Un homme n'est pas censé pleurer. Encore moins un Croisé. Et surtout pas en public. Ravalant les larmes qu'elle sentait perler à ses yeux, elle secoua la tête et avança d'un pas ferme vers l'inconnu qui lui avait tant rappelé son frère, et avait par la même occasion raviver des sentiments douloureux. Elle ne savait pas encore ce qu'elle allait lui dire mais... Elle arrivait à sa hauteur. Comme ce midi avec Vossler, elle lui toucha rapidement le bras pour le forcer à l'arrêter.
"Euh... Excusez-moi mais... Quelle ville sommes-nous censés assaillir ?"
Ce n'était certainement pas la meilleure approche qu’elle n’ait jamais tenté, mais c'était l'unique question qui avait franchi ses lèvres. Après tout, cette question l'agaçait : allait-elle oui ou non enfin savoir où est-ce qu'elle risquait d'abandonner son corps à leurs ennemis ? Et tant pis si l'autre la prenait pour une idiote. Qu'il réponde à sa question : c'était, pour le moment, tout ce qu'elle demandait.

Consciente, néanmoins, que l’approche était vraiment limite, elle rajouta, un peu gauchement :
"Je suis Etienne…. Etienne de Longchamps. Je me suis également porté volontaire."
Comme toujours, lorsqu’elle prenait la parole, elle pria le Ciel que son interlocuteur ne remarque pas la tonalité de sa voix, légèrement plus aiguë que l’on pouvait s’y attendre chez un homme. Et encore heureux qu’elle ne parle pas avec cette vois désagréablement haut perchée que possédaient certaines des jeunes filles qu’elle avait parfois fréquenté… ou plutôt, que ses frères avaient fréquenté, et à qui elle avait joué plus d’un mauvais tour. Elle avait bien essayé de descendre dans des tons plus graves, mais c’était trop flagrant.

Bon, la présentation n'arrangeait pas les choses mais, quand il voudrait se moquer d'elle, au moins aurait-il un nom à associer à son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-krondor.actifforum.com/
Thrakand Galahad


avatar

Masculin Nombre de messages : 7
Ordre : Croisé
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Re: Mobilisation des croisés   Ven 7 Nov - 1:57

Alors qu'il se dirigeait d'un air pensif vers les cuisine et la salle de repas attenante Galahad sentit une courte pression sur son bras.
Il s'arrêta et pivota pour faire face à la personne qui l'avait arrêtée: il ne s'agissait ni plus ni moins que du jeune homme auquel il avait voulu s'adresser quelques instants auparavant.

Il lui posa une question en allant directement au but :
"Euh... Excusez-moi mais... Quelle ville sommes-nous censés assaillir ?"

avant de rajouter quelques secondes après :

"Je suis Etienne…. Etienne de Longchamps. Je me suis également porté volontaire."


Galahad inclina la tête en signe de salut et répondit :

"Galahad ... Galahad Thrakand chevalier croisé au service de Richard Coeur de Lion"

Il croisa alors les bras derrière la tete et se tourna de trois quart fixant l'horizon comme si les remparts ne faisaient pas obstacle à son regard :

"Quand à ta question je dois dire que je n'ai pas vraiment prêté attention au lieu ou l'attaque aura lieu mais en y repensant il me semble que le nom de Damas a été mentionné ... Damas ... si cette bataille peut nous permettre de prendre la ville lors d'une offensive plus importante cela porterait fortement atteinte à ces hérétiques !"

Fixant à nouveau son attention sur Etienne il lui proposa alors de l'accompagner :

"Que dirais tu de m'accompagner, nous pourrions en discuter autour d'un repas et probablement en apprendre un peu plus en lisant cette lettre ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Abel Norkar


avatar

Masculin Nombre de messages : 31
Ordre : Assassins
Arme : Rapière
Spécialité : Infiltration
Date d'inscription : 19/10/2008

MessageSujet: Re: Mobilisation des croisés   Ven 7 Nov - 3:08

    Dans l'ombre depuis un bon moment, Abel avait tout observé, ayant prit cette fois le déguisement d'un chevalier du roi Richard pour pénétrer dans la caserne, il s'était tout de même dissimulé dans l'ombre d'un bâtiment, usant de son pouvoir pour rester invisible et tout observer tranquillement.
    L'assassin aimait beaucoup être au cœur de l'action, c'était pourquoi il avait très tôt privilégié les techniques d'infiltration lorsqu'il était encore un disciple, jouant des déguisement, de ses talents d'acteur et de son affinité avec l'obscurité.


    -"Messires Chevaliers les Rois de France et d'Angleterre ont pris la décision d'effectuer une offensive sur la ville de Damas afin de tester leur capacités défensive et leur vitesse de réaction, nous cherchons des volontaires pour former plusieurs groupes mixtes qui auront pour but d'assaillir la cité afin de récolter des informations. Un groupe constitué des meilleurs d'entre vous sera chargé d'effectuer une diversion en attaquant de front les portes de la ville tandis qu'un autre groupe sera chargé d'étudier la défense des remparts et de tenter de s'infiltrer dans la ville."

    *Voilà qui est intéressant... très intéressant...*

    Il vit les chevaliers commencer à se disperser et remarquant soudainement qu'il était l'un des rares encore présents dans la cour, il se redressa rapidement et marcha vers la sortie de la caserne.

    *Il faudra que je fasse plus attention la prochaine fois, rester perdu dans ses pensée et les perspectives n'est pas une bonne chose, surtout quand on est un maître assassin...*

    Lorsqu'Abel passa devant les gardes, personne ne fit de commentaire, comment aurait-on pu imaginer qu'un assassin se cache sous le déguisement d'un chevalier anglais ?
    Juste à la sortie, un officier lui demanda de s'occuper d'une course et il acquiesça simplement, malheureusement cette course ne serait jamais effectuée et quand l'officier s'en rendrait compte, Abel serait déjà loin...

    Tout comme il y était entré, l'assassin quitta la ville, mais il ne rentra pas directement à Erasya pour donner la nouvelle, non, il devait d'abord s'adonner à un petit jeu qu'il aimait par dessus tout : la manipulation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://5essence.forumsactifs.com/forum.htm
Camille de Longchamps


avatar

Féminin Nombre de messages : 21
Ordre : Croisé
Arme : Epée longue spéciale
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Mobilisation des croisés   Ven 7 Nov - 21:01

Galahad… En voilà un nom étrange. Et encore plus pour un chevalier anglais. Camille ne fit pourtant aucune remarque, ne demanda pas si son nom avait une origine particulière. Cela pouvait paraître déplacé, alors qu’elle venait à peine d’aborder cet homme. Elle hocha simplement la tête lorsqu’il lui annonça son nom. Elle posera peut-être la question plus tard… ou, plus certainement, oublierait qu’elle voulait la poser.

"Damas, vraiment ? Et bien… je m’attendais à une ville plus petite."
Elle eut un petit rire nerveux… qu’elle réprima à la seconde où il sortit de sa bouche. Rire, c’était le meilleur moyen de gâcher sa couverture, de réduire ses efforts à néant. Son rire se transforma donc en un grognement strident, qu’elle essaya de cacher par une quinte de toux fictive.
*Stupide, stupide, stupide fille. Ne vas-tu pas faire attention ?*
"Une lourde responsabilité pèse donc sur nos épaules, reprit-elle. Nous n’allons pas nous attaquer à n’importe quoi. Damas !"

L’admiration perçait dans sa voix. Elle avait tant rêvé de voir cette ville, mais sous de meilleures conditions, pas en essayant de forcer l’entrer et de se jeter dans la gueule du loup. Ma foi, il fallait bien un début à tout. Au moins mourrait-elle en ayant enfin vu à quoi ressemblait cette ville que l’on disait magnifique, même si ce n’était que les remparts qu’elle n’apercevrait avant de s’effondrer, une flèche en travers de la gorge.
*Ne soit pas si pessimiste…*
Mais elle ne pouvait s’empêcher d’envisager le pire des scénarios. Après tout, elle ne pouvait raisonnablement croire qu’elle en réchapperait sans la moindre égratignure. Avant de mourire, elle aurait souhaité voir Jérusalem, enfin, de ses propres yeux. Mais certains vœux sont apparemment destinés à ne jamais se réaliser.

"C’est une très bonne idée. Je meurs de faim, à vrai dire, et découvrir ce que dit cette fameuse lettre autour d’un quelque chose à grignoter est indispensable, je crois", répondit-elle simplement à son invitation. Elle lui fit signe de passer le premier, et lui emboita le pas.

Elle n’avait pas remarqué le croisé qui quittait la cour, pourquoi l’aurait-elle fait d’ailleurs ? L’un d’entre eux avait-il au moins remarqué qu’il n’était pas ce qu’il semblait être ? Sûrement que non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-krondor.actifforum.com/
Thrakand Galahad


avatar

Masculin Nombre de messages : 7
Ordre : Croisé
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Re: Mobilisation des croisés   Lun 10 Nov - 18:55

Lorsque Galahad indiqua la ville qui serait leur cible il lui sembla que Camille était légèrement impressionné, lui qui avait plutôt ressenti de l'excitation à l'annonce de la nouvelle se demandait quelle pouvait être la source de son étonnement ? Une telle nouvelle n'effrayerait surement pas un chevalier croisé, la seule possibilité qui lui venait à l'esprit était que le jeune homme puisse être impressionné par l'ambition de leur ordre !

Oui cela devait être le cas ...

"Eh bien comme je le dis assez souvent même si l'art de la guerre et l'art du combat sont proches ce sont deux domaines éloignés, exceller dans l'un ne signifie pas exceller dans l'autre. Malgré le peu de connaissances que j'ai à ce sujet je suppose que le débat a du être houleux ... ignorer les bastions secondaires des hérétiques et purger le cœur même de leur empire pourrait marcher mais cela n'est pas sans risques !"

Les deux jeunes hommes restèrent un instant pensifs et silencieux, Camille semblait plutôt triste alors qu'au contraire les yeux de Galahad pétillaient à l'idée de la mission qui leur était confiée.
Le jeune croisé revint à lui lorsque son compagnon d'arme accepta sa proposition et lui fit signe de passer devant.

Une fois arrivés à la salle ou les croisés se rendaient tous les midis pour déjeuner ils n'eurent pas de mal à trouver une table libre et après quelques minutes un repas simple mais copieux leur fut servi.

Galahad but une gorgée d'eau, poussa son assiette sur le coté et sortit la lettre de sa ceinture.
Tout en vérifiant qu'il n'y ait pas de regards indiscrets aux alentours il la posa sur la table et la déroula afin qu'ils puissent y jeter un œil :

"Sire chevaliers,

vous êtes priés de vous rendre à l'avant poste au Sud est de Damas à la tombée de la nuit.
Venez seuls et par groupes de deux ou trois personnes au plus en veillant de ne pas vous faire remarquer.
Cette lettre vous sera demandée et vous permettra d'obtenir de nouvelles consignes une fois sur place."


La lettre qui se révélait au final avare d'informations était marquée des sceaux des Rois de France d'Angleterre et de Prusse.

Galahad aurait aimé avoir plus d'informations sur la mission mais cela devrait attendre.
Il haussa les épaules et se tourna vers son plat. Après avoir mangé quelques pommes de terres et un peu de viande il demanda simplement à Camille :

"Alors Etienne depuis combien de temps es tu ici ? parles moi un peu de tes dernière batailles."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille de Longchamps


avatar

Féminin Nombre de messages : 21
Ordre : Croisé
Arme : Epée longue spéciale
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Mobilisation des croisés   Mer 12 Nov - 21:00

Camille se contenant seulement de hocher la tête à la remarque de Galahad, ne préférant guère s'aventurer dans de tels débats. Comment avouer que les motivations premières de cette croisade la laissaient indifférente, et qu'elle n'était là que pour l'aventure et... accessoirement, sauver l'honneur de sa famille. Comme la plupart des gens à cette époque, Camille était croyante. Mais elle ne voyait guère l'intérêt d'aller sauver une terre loin de chez elle, et de bouter les "hérétiques'" hors de leurs terres natales. Ce bout de terre ne valait rien à ses yeux, il ne revêtait aucune sainteté particulière. Non, vraiment, ce n'était définitivement pas le genre d'aveu que l'on fait à un inconnu... ni même à une personne de confiance. Cela faisait parti des petits secrets qu'elle gardait bien au chaud, et dont elle faisait le possible pour ne pas divulguer accidentellement.

Elle fut sortie de ses pensées par une odeur alléchante de nourriture. Machinalement, elle avait suivi le jeune homme, sans même faire attention où elle se rendait. Elle espéra que Galahad n'ait pas parlé pendant le trajet : elle se serait retrouvée dans une situation fort embarrassante. Heureusement, l'attitude du jeune homme n'avait pas changé : il ne devait pas avoir prononcé le moindre mot, ce qui soulagea Camille. Ce n'était pas le moment d'être distraite.

La jeune fille se jeta tout de suite sur la nourriture. Elle avait sauté le repas du midi et, jusque maintenant, les événements l'avaient empêché de se rendre compte à quel point elle mourrait de faim. Se rendant compte qu'elle devait engloutir son assiette à une vitesse impressionnante, et déraisonnable, elle ralentit l'allure, rassurée de voir que Galahad était plongé dans la lecture de la fameuse lettre et ne devait pas avoir du remarquer son entrain à avaler la nourriture. Il termina sa lecture, et commença à manger, avant de lui poser, tranquillement, une question qui l'embarrassa.

Pour se donner du temps, Camille sortit la lettre à son tour, dans un geste qui se voulait parfaitement naturel et pas du tout précipité. Tout en lisant, elle commença à répondre évasivement, cherchant ses mots, ordonnant ses pensées.
"Cela doit faire quelque semaines que je suis là maintenant, je pense. On dit souvent que l'inactivité rend les journées plus longues... alors, peut-être suis-je ici depuis moins longtemps, en fin de compte. Je ne sais pas vraiment, en fait, je ne suis pas du genre à compter les jours."
Elle reposa la lettre, et but une gorgée d'eau. Son pouls commençait à s'accélérer. Qu'allait-elle dire ?
*Sois déçue... Cela passera mieux.*

"Mes dernières batailles ? A ma grande honte, je dois avouer que je n'ai pas encore participé à une seule opération de grandes envergures. Quelques petites missions, ici et là, afin de rétablir l'ordre et de prêter main forte à des compagnons en situation précaire. Rien de bien glorieux tout ça. Je suis arrivée ici il y a peu, de toute façon. Quelques mois à peine. Je pense que c'est pour ça que je me suis portée volontaire pour se renseigner de plus près sur l'enceinte de Damas. J'ai beau apprécié cette ville, je ne suis pas ici pour visiter les lieux et me reposer. Un peu d'action, et le sentiment de faire enfin quelque chose d'utile à notre cause tombent justement à point nommé. Il est grand temps que je participe à mon tour à reprendre notre Terre Sainte à ces hérétiques."
Elle se rendit compte trop tard qu'elle avait parlé d'une voix neutre, limite désintéressée, alors que son petit discours aurait fait bien plus d’effet prononcé avec emphase et conviction.

Piquant un morceau de viande sur son couteau, et l'avalant goulument, elle demanda à son tour, avec un peu plus d'intérêt :
"Et toi ? Qu'as-tu fais avant de te retrouver ici ?"

[Pas d'inspiration, désolée]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-krondor.actifforum.com/
Thrakand Galahad


avatar

Masculin Nombre de messages : 7
Ordre : Croisé
Date d'inscription : 04/11/2008

MessageSujet: Re: Mobilisation des croisés   Lun 17 Nov - 23:39

[HRP] Désolé pour l'attente Embarassed [/HRP]

Lorsqu'il avait rencontré Etienne la première fois il avait été étonné et s'était dit qu'il serait surement une bonne chose de faire sa connaissance. Puis il s'était ravisé et avait fait demi tour avant d'être arrêté par le jeune homme quelques instants plus tard.

Au fur et à mesure de la conversation il semblait au chevalier britannique que sa deuxième impression était la bonne mais quoiqu'il en soit il ne jugeait réellement une personne qu'en l'affrontant dans un combat singulier.

Sa compagnie ne lui étant pas spécialement agréable il décida d'abréger la discussion, il aurait largement l'occasion d'évaluer ses capacités lors de l'expédition ... du moins s'il s'avérait qu'il compte vraiment y participer !

Galahad fixa le regard d'Étienne intensément pendant quelques secondes puis but une dernière gorgée et se leva en déclarant d'un ton indifférent :

"Et bien je ne sais pas quel est ton problème mais puisque tu ne sembles pas réellement intéressé par tout cela je vais t'épargner de précieuses minutes ... "

Alors qu'il passait de l'autre coté de la table pour se diriger vers la sortie il s'arrêta au niveau du jeune homme et chuchota :

"Si tu as peur de combattre tu ferais mieux de renoncer à l'expédition ... si toutefois je me trompe à ton sujet tu auras alors de nombreuses occasions de me le prouver"

Galahad sortit de la salle sans même se retourner et retourna au terrain d'entrainement, la pause avait été suffisamment longue et il ne restait plus beaucoup de temps avant de devoir quitter la ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Camille de Longchamps


avatar

Féminin Nombre de messages : 21
Ordre : Croisé
Arme : Epée longue spéciale
Date d'inscription : 27/10/2008

MessageSujet: Re: Mobilisation des croisés   Mar 18 Nov - 16:00

Camille regarda Galahad partir, la bouche grande ouverte, les yeux comme des billes, incapable de comprendre ce qui venait de se passer. Certes, elle reconnaissant sans mal que son petit discours n'avait pas été fait d'une voix vraiment enchantée, ou même intéressée, mais dans les grandes lignes il reflétait la stricte vérité. Elle ne pouvait expliquer ce manque d'enthousiasme que par la peur d'être moins crédible à ses yeux si elle s'enthousiasmait trop. Après tout, son frère n'était pas un modèle d'exubérance, et il préférait de loin garder ses sentiments pour lui-même. Elle ne faisait que jouer son rôle... avec un peu trop de zèle, malheureusement.

Reposant son couteau contre le bord de l'assiette, elle répondit sur le même au chevalier, lorsqu'il passa près de lui.
"Je n'ai rien à te prouver, Croisé, cracha-t-elle, en colère par la réaction disproportionnée de Galahad. On verra ce soir qui sera le plus malin de nous deux… et le plus chanceux."
Elle ne put continuer, l'homme l'ayant déjà dépassé et se dirigeant vers la sortie. Elle se retint de ne pas se lever, et de commencer à l'insulter au travers de la salle. Pour ne pas attirer l'attention, il y avait mieux comme réaction.

Tremblante de rage, essayant vainement de comprendre ce revirement de comportement, elle se rendit compte qu'elle n'avait plus faim. Le départ précipité du Croisé lui avait coupé l'appétit et, sachant qu'elle risquait de ruminer sa colère jusqu'au soir, elle n'insista pas. Repoussa l'assiette à moitié entamée, elle quitta le réfectoire et alla chercher ses affaires.

Sans réfléchir, elle partit enfiler son armure. Il lui fallut de longues minutes pour réussir à la mettre toute seule. La tâche fut de plus considérablement ralentie par la fureur qui faisait trembler ses mains, et l'empêchait de penser raisonnablement. Heureusement que le forgeron de son père avait fabriqué son armure avec des attaches spéciales, lui permettant de la revêtir sans l'aide de quiconque. Pratique lorsque la personne se trouvant à l'intérieur des plaques de métal n'est pas celle qu'elle devrait.

Puis, elle passa son fourreau autour de la taille, y plaça son épée, et laissa toutes ses autres affaires à la caserne. C'est alors qu'une pensée terrifiante s'imposa à elle, la paralysant totalement. Pendant de longues minutes, elle resta ainsi immobile, les yeux dans le vague, son cerveau réfléchissant à toute allure pour essayer de trouver une parade à cette horrible idée. Ne trouvant pas d'alternatives, ne sachant pas quoi faire, elle finit par recouvrer l'usage de ses mouvements et, lentement, enfila son heaume avant de quitter la caserne, la lettre coincée dans son baudrier. Peut-être aurait-elle besoin de la présenter ce soir.

Puis, ainsi parée, elle se dirigea vers la cathédrale de la ville, en quête de réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-krondor.actifforum.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mobilisation des croisés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mobilisation des croisés
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassins » :: ▫ SAINT JEAN D'ACRE ▫ :: ▫ QUARTIERS RICHES ▫ :: ▫ CASERNE DES CROISES-
Sauter vers: