AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Nour Nimetaala El Hayat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nour N. El Hayat


avatar

Féminin Nombre de messages : 2
Ordre : Sarrasin
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Nour Nimetaala El Hayat   Mar 4 Nov - 19:22

    NOM : El Hayat. El signifiant richesse, il s'agit d'une vieille famille du moyen orient. Autre fois riche, leur royaume s'étendait sur plus de la moitié du territoire orientale. Mais avec le temps, la famille fut divisé pour le royaume partagé entre plusieurs riches familles. De nos jours, El Hayat ne signifie pratiquement plus rien tant leur nom fut oublié.
    PRÉNOM : Nour Nimetaala. Nour est son véritable prénom. Son premier tandis que Nimetaala est celui de sa mère, morte du scorbut à l'age de 46 ans. Troisième épouse du Prince Kamal Dine, partie en exil à Naples, elle laisse derrière elle, trois fils et une fille, Nour.
    ÂGE : La jeune femme à 22 ans. Elle est née durant le solstice d'été, le jour le plus long de toute l'année et par conséquent la nuit la plus courte. C'était un 20 juin.
    ÉLÉMENT : Le Feu.
    ORDRE : Ayant suivit les vieilles traditions familiales et tout comme son père, sa mère ainsi que ses trois frères, Nour fait partit de la grande tribut des Sarrasins.

    CODE CACHE : Validé par Jennah

    CARACTÈRE : Que dire ? Je pense objectivement que Nour est quelqu’un de bien organisé et donc susceptible de diriger. Toutefois, ne vous méprenez pas à son sujet, elle n'est absolument pas un tyran : si elle aime être le leader, c’est simplement qu'elle a conscience de savoir mener une équipe et un projet mais, en fait, elle supporte assez mal que les autres se reposent sur elle et manquent d’initiative car elle préfère fréquenter des gens dynamiques et ambitieux, un peu comme elle en fait. Un mot au sujet de l’orgueil, de la vanité dont on lui affuble si facilement – surtout ces frangins – si bien que certains pense que Nour peut-être dans cet excès mais à part avoir que de la fierté – bafouée – elle n'a rien d'autre et certainement pas de l'orgueil, loin de là mais jusqu’à preuve du contraire, ce n’est pas un défaut. Enfin bref, cela peut facilement en amener d’autres à penser le contraire. Mais il s'agit d'une jeune femme assez susceptible et qui n'aime guère voir qu’on la relègue au second plan ou que l’on lui donne des ordres. Oui, il n'est pas très facile de la suivre tant elle vit à 200 à l'heure.
    Son plus gros défaut ? Nour déteste être contredit en public ou plus encore être humiliée – cela, elle ne le pardonne jamais – Mais c’est là la marque d’un caractère fort et que cela n’en déplaise à autrui... et puis, cela permet de toujours rester digne et un peu plus de dignité dans ce monde serait sans doute profitable – proverbe made in Nour –
    Toutefois comme tout être humain, Nour possède un point faible et celui-ci est assurément son cœur – même étant une tête brûlé, elle reste une femme – et pas seulement au niveau physiologique comme le dit la tradition... L’amour est pour elle le centre de sa vie : amour de la famille, des enfants, du partenaire, de l’art, de son travail... Bref, c’est sans nul doute ses sentiments qui lui permettent d’avancer, qui lui donnent la force, ce qui fait d'elle un être enflammé.
    Malheureusement, il faut savoir également que l’amour du luxe, du plaisir, des belles choses, peuvent lui jouer quelques tours et lui faire faire des dépenses au dessus de ses moyens mais elle tout bonnement besoin de ces choses – et oui, habituer à tout avoir en claquant des doigts, il n'est pas toujours aisé pour elle de vivre comme une simple... femme et non comme une Princesse Déchut – Ce n’est pas frivole... du moins, pas pour elle. Alors elle préfère posséder peu de belles choses plutôt que beaucoup de choses médiocres : la qualité prévaut sans nul doute pour elle sur la quantité. Toutefois, elle sait partager, enfin, du moins dès qu'elle est, elle même même comblée – les vieilles habitudes, que voulez-vous ? – car elle ne crois plus au bonheur dans le sacrifice, pour ça, elle a assez donnée.

    PHYSIQUE : Étant la dernière d'une famille que de garçon, Nour est, en gros, un garçon manqué - tant par son langage que son habillage - Oui, dans un monde ou seul les hommes arrivent à se faire un tant soit peut respecté, Nour n'a jamais réellement accepté sa condition de femme, au plus grand dame de sa mère qui voyait continuellement une boule de cheveux hirsute sur le crâne de sa fille unique, qui se plaisait à ce les couper seule et avec une vielle dague complètement rouillée. « C'est pour ressembler à mes débiles de frères » criait-elle à sa mère en guise de réponse. Enfin, cela pouvait passé tant qu'elle avait 13 – 14 ans car lorsque son corps se mit doucement, mais sûrement à changer, la crise devint plus grave.
    N'acceptant pas sa condition, elle se bandait la poitrine, portait des vêtements d'hommes, revenait écorchée de partout et ne possédait aucune amie et à l'âge ou elle devait commencer à s'intéresser aux garçons, Nour préférait passer son temps dans la poussière du désert, à s'entraîner à se battre avec ses frères plutôt que de se chercher un futur mari. Tout cela faisait apparaître des cheveux blancs prématurément à sa mère qui ne savait pas trop quoi faire afin de faire changer sa garçonne de fille en une jeune demoiselle convenable et respectable. Car même ses amis n'étaient pas convenables. Elle ne se montrait absolument pas pudique avec les garçons qu'elle suivait continuellement et par moment, des mots qui ne devaient pas sortir de la bouche d'une fille de son rang venaient écorcher les oreilles de son entourage.
    Toutefois, le changement s'opérant lorsque sa mère tomba brusquement malade. Se fut comme un électrochoc pour elle qui changeant brusquement de condition. Atteignant facilement aujourd'hui les 1m75 et quelques brouettes, il s'agit maintenant d'une grande femme, tout comme l'avait été sa mère et ses frère alors que son père... dans ses plus vieux souvenirs, ne lui apparaissait que comme un homme petit et aigris. Longiligne, ses musques fuselées soulignent sa taille élancée dut aux longues heures d'entraînements, de bagarres et de folles chevauchées dans le désert avec ses grands frères ou encore avec ses amis. A partir de se moment là, elle cessa de s'habiller comme un garçon mais plus comme une amazone. Son père en aurait sûrement grincé des dents mais comme celui-i les avait abandonné depuis années, elle l'envoyait royalement foutre.
    Ses yeux sont ceux de sa mère – comme tout le reste d'ailleurs – ils ont la couleur de l'émeraude. Toutefois, la couleur de son regard peut être changeant. Changeant en fonction de ses humeurs, il peut devenir aussi limpide qu'une rivière mousseuse comme aussi sombre que l'ébène. Soulignés par de longs cils, ces fins sourcils s'arquent souvent de surprise ou se rejoigne au milieu de son front lorsque quelque chose lui déplaît. Son nez mutin, qui n'appartient absolument pas à sa mère, surmonte une bouche un brin charnue marqué d'un tendre rose.
    Quant à ses cheveux, elle les laissa complètement poussé à la mort de sa mère. D'une couleur comme le sable, enfant, elle possédait de nombreuses anglaises qui, avec le temps, ont finit par se transformer en de simples boucles. Atteignant pratiquement la courbure de ses reins; elle a complètement cessé de les couper lorsque sa famille vola en éclat après la mort de leur seul et unique parent : Nimetaala.

    Seul hic dans tout ça : sa main gauche. Portant la marque de la Rose Rouge, elle porte continuellement des gants afin de la cacher. Peut de monde connait cette vieille légende de grand-mère, mais pour certain, il est question de fléau ou de mort... alors Nour ne la découvre pratiquement jamais, préférant taire la magie qui est en elle, ayant recoure à cette dernière qu'au tout dernier moment.

    PETIT PLUS :
    >> qualités :: • Franchise • Loyauté • Noblesse • Ambition • Vitalité •
    >> défaut :: • Tyrannie • Snobisme • Narcissisme • Nombrilisme • Intolérance •

    HISTOIRE : C'était une nuit magnifique. Une nuit parmi tant d'autre, une autre nuit sombre ou le petit palais des El Hayat pleurait la mort de leur maîtresse, Nimelaata La Maudite. Alors, dans ce tout petit palais, l'un dès plus riche de tout les petits palais de tout l'Orient, offrait à ses visiteurs qui raffolaient de ses balades aux claires de lune, une douceur et une fraîcheur inédite. Le jasmin blanc, couvrant les façades Sud du palais, s'ouvraient en même temps que la lune argentée qui se découvrait doucement derrière les dunes de sable de l'orient. Avec la nuit, le sable couleur ocre et brûlant à cause du soleil, qui tamisait les peaux des jeunes princesses d'un léger hâle, devenait aussi froid et lisse que la soie de chine, offrant ainsi un paysage des plus magnifiques.
    Les lumières du petit palais blanc s'illuminaient unes à unes, telles des lucioles dans un champs d'orge, illuminant les fenêtres délicatement travaillées et torsadées de chèvrefeuille, inondant ainsi les pièces de son doux et envoûtant parfum. Les dalles marbrés des pièces captivaient la douces lueurs de petites lanternes qui illuminaient le sol de milles nuances, le rendant doux et tiède sous la plante des pieds.
    Les voilages blancs se gonflaient au gré du vent, s'élevant, se gonflant en même temps que la douce mélodie d'une harpe, dont les cordes étaient pincées délicatement, tel la caresse d'un chat. L'odeur du vin blanc se mélangeait au chèvrefeuille et aux Lotus Bleus qui macérait doucement dans le liquide, enivrant de son parfum l'esprit des jeunes gens, tel de l'opium.
    Des corps longs et gracieux se dessinaient sur les murs de crains, tels des ombres chinoises, dansant avec la mélodie de la harpe qui s'élevait dans l'air. Dansent destinées au esprit, aux Dieux, à l'au-delà et à leur maîtresse disparut, tandis, qu'à demi-allongé dans son long divan pourpre, aux riches ornements, se tenait la copie conforme de cette dernière : la nouvelle Maudite.
    Son délicat visage était ombragé de lourdes feuilles tenues par deux maîtresses, telle une oasis, cachant en son sein une douce fleur épineuse et venimeuse, prêt à s'épanouir dans le désert stérile qu'est l'Orient, tout en la protégeant de la demi-pénombre qui engloutissait les somptueuses pièces du petit palais, éclairé seulement par de faibles lanternes de soie, dont la fébrile flamme vacillait au grès du vent de minuit. Devant elle se tenait, posé sur un tapis pourpre, le Mehen. Le jeu du Serpent était composé d'un délicat serpent de jade, enroulé, dont son corps se divisait en plusieurs cases. Jouant avec son frère, de trois ans son aîné, elle déplaçait ses pions en formes de licorne, d'un geste las de la main.
    Des centaines de minuscules bougies à l'huile vanillé, illuminaient de leurs faibles lueurs les terrasses et parfumaient délicatement l'air chargé d'électricité car un nuage, tel le fléau couvrait lentement de son épais manteau noir la lune blanche qui illuminait les façades argenté du palais.
    Le jasmin se referma alors lentement, dans sa fine carapace de feuille, comme pour éviter de se faire enlever par le vent du Nord qui commençait à souffler de violentes bourrasques, éteignant sur son passage toutes lanternes qui illuminaient le plus petit palais de la famille El Hayat
    La musique cessa, tel un verre que l'ont aurait brisé sur une dalle de marbre, faisant ainsi place à un silence des plus envoûtant et inquiétant. Le vent emmenait avec lui les lamentations des mort qui glissaient le long des voilages et des murs, semblable à des gémissements pour venir tourmenter les vivants.
    Écartant alors d'une main gracile les longues feuilles, agitant ainsi ses délicats bracelets d'or de son poignet, la jeune Maudite se redressa lentement. Habillé simplement d'une longue tunique ample de lin, celle qui l'accompagnait avant de se couché, sa taille toutefois orné d'une délicate ceinture de fils d'or, elle se dirigea pied nu vers la terrasse qui surplombait de sa magnifique hauteur, tout l'Orient. Ses yeux de jade, qui; normalement aurait dut être soulignés d'un léger trait de khôl, arpentaient le ciel noir, parsemés d'éclairs. Ses cheveux blond brûlé par le soleil cascadaient lentement le long de son dos, se gonflant au grès du vent. Alors que ces fins sourcils se froncèrent doucement, le ciel fut parcourut d'un long éclair d'un profond pourpre ...
    Le nom de la Divinité de la Mort fut murmurer parmi ses ôtes et un long frisson lui parcourut l'échine... mais il s'agissait de quelque chose de bien plus horrible qui se rapprochait, lourds dont les bruit des tambours faisaient doucement trembler les murs, soulevant cris de terreur et panique dans l'assemblé.

    ...
    Après cette nuit là, la famille El Hayat n'existait plus. Il fut enterrer comme bon autre nom sur une tonne de sable d'Orient. Leur seul et unique demeure n'existait plus, rasé par des gens qu'ils connaissaient bien, des gens avait qui moult traités furent signés puis bafoués
    Nour connu la solitude, elle et son dernier frère. Elle le suivit plus pour survivre – elle qui n'avait jamais crus sa mère que l'instinct de conservation était plus fort que tout - dans l'Ordre sans vraiment savoir ou elle mettait les pieds.

    VOTRE ENTRÉE DANS L'ORDRE : Ce fut plus par obligation qu'elle rejoignit l'Ordre. Au départ, elle s'était très peu intéressé par ce que pouvait représenter cette assembler. On avait fragilisé les murs qu'elle s'était efforcée à ériger afin de se protéger du monde extérieur après la mort brutale de sa mère et maintenant, ces murs s'étaient effrités puis écroulés ne lui laissant aucun endroit ou se cacher. Toutefois, sa léthargie ne dura qu'un court instant.
    Une nouvelle flamme venait d'animer son cœur : celle de la vengeance.
    S'investissent comme jamais dans l'ordre, sa place elle se l'est taillé elle même remplissant chaque missions avec un facilité presque déconcertante. Toutefois, personne ne vint revendiquer ce qu'elle avait durement gagner à l'aide de la marque – marque qu'elle garde toujours et encore caché, de crainte d'être rejeter par sa nouvelle famille –

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nour N. El Hayat


avatar

Féminin Nombre de messages : 2
Ordre : Sarrasin
Date d'inscription : 02/11/2008

MessageSujet: Re: Nour Nimetaala El Hayat   Mar 4 Nov - 19:22

POUVOIRS :

La Malédiction de la Rose Rouge

Citation :
  • La malédiction de la Rose Rouge apparaît lors du 18ème anniversaire du Maudit. Cette malédiction frappe la famille de sa mère, Nimetaala, depuis des générations, depuis la nuit des temps et ne touche que des femmes. Ne touchant qu'une seule et unique personne à chaque nouvelle génération, Nour étant la seule fille unique de la Grande Nimetaala, dit Nimetaala la Maudite, elle fut frapper par la malédiction de la Rose lors de son 18ème anniversaire.
    Les pouvoirs augmentent avec les année et la Rose Rouge, d'abord bourgeon au creux de la paume gauche de la maudite, s'épanouit avec les année finissant ainsi par marquer toute la main. D'une couleur incandescente, le pouvoir de la Rose Rouge est alors son paroxysme toutefois, une fois celui-ci épuisé, la couleur se ternie. Elle devient terne et le pouvoir n'est plus utilisable. Seul la clarté et la chaleur du soleil peut lui rendre son pouvoir.


O Au commencement, le pouvoir de la Rose Rouge permet au maudit de seulement contrôle le feu. Pas de le créer, juste de rendre les flammes malléables, de contrôler leurs mouvements ainsi que la forme.

O Avec les années et beaucoup d'exercices, de pratique, le maudit peut alors créer une chaleur semblable à celle du soleil. Pouvant alors faire fondre n'importe quel support metallique ou en bois (ce qui exclut la pierre, l'eau, la glace et tout autre matière non inflammable). Le moindre contact avec la Rose Rouge, entraînerait une désintégration totale du matériel ou autre...

X Le temps et une grande maîtrise de soit ou bien de ses sentiments permettront à Nour de créer elle-même le feu. Elle pourra le faire naître dans le creux de sa main, au coeur même de la Rose Rouge et pourra ainsi soumettre les flamme à sa volonté. Toutefois, pour cela, il faut qu'elle soit en symbiose avec ses propres sentiments. La colère, comme la frustration ou encore la peur pourrait au pire créer qu'un simple filet de fumée ou bien une explosion...

X Lorsque le pouvoir se met à chanter dans son coeur, dans ses veines, se faisant vile et séduisant, la Rose Rouge illumine toute sa main, la rendant aussi chaude que du magma en fusion. Ce quatrième aspect de son pouvoir sera alors le plus dur à contrôler pour elle. Chaque fibres de son corps répondra à l'appel du pouvoir. Dans ce cas là, elle devient dangereuse pour ceux qui l'entoure, car n'importe quoi peut s'enflammer, juste pas sa propre volonté. L'air devient alors irrespirable.
Toutefois, aucun maudit n'est arrivé à une telle étape du pouvoir, cela ne reste qu'un vieux mythe...

O Il ne s'agit pas vraiment d'un pouvoir mais une expansion de ce dernier. Dès qu'elle touche quelque chose, une arme, ou bien un objet, celui-ci devient le prolongement de la Rose Rouge. Enveloppant l'objet de ses flammes, il le transforme ainsi en une arme en torche, sans pour autant l'abîmer ou autre.

  • Nour ne maîtrise pas complètement la Rose Rouge. Sur toutes ces compétences, elle n'en maîtrise que les ¾

ARMES : Elle possède une dague nouée à sa cuisse gauche. Cette dernière porte sur la lame les armoiries de sa famille. Cette dague, rouillée par les années, ne possède aucune valeur a part sentimental et rouillé ou pas, grâce à la Rose Rouge, cela ne fait plus vraiment de grande différence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jennah Kaileena


avatar

Féminin Nombre de messages : 136
Ordre : Assassins
Spécialité : Infiltration/espionnage
Date d'inscription : 15/10/2008

MessageSujet: Re: Nour Nimetaala El Hayat   Mar 4 Nov - 19:50

Bienvenue !

J'aurais un petit conseil tout d'abord : relis-toi avant de poster, j'ai vu quelques petites fautes de français qui auraient pu être évitées. Après, il y a quelques fautes de grammaire et d'orthographe, mais c'est pas flagrant... enfin, tu peux toujours demander à Word de les corriger ou aller sur le site bonpatron.com

Le fait que les armes et les pouvoirs sont sur un autre post ne sont pas très génants, néanmoins, le deuxième pouvoir est un peu trop étendu (je le imiterais un peu mais pas de quoi vraiment s'en faire).

Sinon, ta fiche est tout à fait correcte et originale qui plus est. Peut-être auront nous l'occasion de voir ton frère parmi les personnages prédéfinis =D

En tout cas, ta fiche est validée. Ton groupe et ton rang te seront bientôt attribués.

Bon RP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://art-spirit.asso.ws
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nour Nimetaala El Hayat   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nour Nimetaala El Hayat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voilà un homme que Sarko ne comprendra pas.
» L'Islam rejoint les autres religions
» Dans l'antre du Loup
» AYEM NOUR ♔ Sujets.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Assassins » :: ▫ BIENVENUE SUR ASSASSINS ▫ :: ▫ INSCRIPTIONS ▫ :: ▫ FICHES SARRASINS-
Sauter vers: